Yogui autour du monde

Catégorie : Pérou

Arequipa et le canyon de Colca

Ambiance musicale : He’s alive – Adam Taylor

Mon épopée cusquénienne s’est terminée à m’en rappeler les mésaventures gastriques du passage de frontière entre la Chine et le Vietnam. Ma toute petite forme, pour ne pas dire moins, prenait sa source dans cette fin de rhume (qui n’attendait que je retrouve de basses altitudes pour s’en aller) et une turista mémorable.

Finalement, comparé à de nombreux nord-américains contraints de prendre des antibiotiques à chaque fois qu’ils avaient l’audace de manger dans un restaurant local, mes deux épisodes, en tout et pour tout, ressemblaient à un tout petit malheur, au regard de ce à quoi j’exposais mon organisme !

Cuzco et ses environs, Maras et Ollantaytambo

Ambiance musicale : Elsa – Los Destellos

En rentrant d’un trek de dix jours, où les habitudes sont réglées par les nécessités de la marche, de la faim et du repos, tout devient possible, avec un emploi du temps qui reste à remettre en place. Cependant, on n’échappe pas à d’autres impératifs, comme la laverie ou le triage de photos.

Ce matin était plutôt agréable : la France venait d’entamer son Mondial avec une victoire apparemment poussive. Les Argentins de l’auberge ont vécu leur match nul avec passion et ferveur, conseils aux joueurs et maté à la main.

Le Choquequirao ou l’autre Machu Picchu

Ambiance musicale : La colegiala – Rodolfo y su Tipica RA7

De retour à la centrale hydroélectrique, nous avons passé les commerces qui s’étalaient le long de la fin des rails pour atteindre le parking qui signalait la fin de la route. Des colectivos attendaient de potentiels randonneurs pour les mener à Santa Teresa.

En étant trois, la chose a été simplifiée, même s’il a fallu payer pour la place vide. La nuit était déjà tombée, nous voulions simplement trouver un repas, assis à une table, et une nuit dans un petit hôtel. Ce petit village allait nous offrir tout cela, sans compter la douche froide en extra.

De Cuzco au Machu Picchu, sur le trek du Salcantay

Ambiance musicale : Soy mi soberano – Gustavo Cordera

Ce soir, j’allais passer la frontière à Kasani et rejoindre la ville de Cuzco au petit matin. Sur le papier, il y avait donc un arrêt pour se faire accorder quatre-vingt-dix jours sur le tampon du passeport, une autre escale avec changement de bus à Puno, avant de récupérer d’autres passagers à Juliaca et pouvoir entamer une nuit sur les hautes routes.

Ce petit programme a commencé à dérailler quand le froid m’a réveillé, le bus éteint et les portes grandes ouvertes. Une panne venait de nous clouer au milieu de nulle part, à mi-distance de l’arrivée. Une heure plus tard, un autre bus passait et récupérait les réfugiés que nous étions. Les derniers arrivés étant les plus mal servis, nous avons dû payer de nouveau et nous asseoir dans l’allée centrale.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén