En route pour l'inconnu

Yogui autour du monde

Mois : août 2017

Luang Namtha et la route vers la Thaïlande

Ambiance musicale : Can’t tell me nothing – Kanye West

Pour cette dernière étape du Laos, je me suis rendu, toujours avec Mikel, à Luang Namtha, petite ville à seulement une trentaine de kilomètres de la frontière avec la Chine. Elle est réputée pour les treks organisés dans les alentours et les rencontres avec les ethnies minoritaires.

Ce sont surtout les Akha et les Hmongs qui peuplent les villages voisins. Le temps n’étant toujours pas avec nous, nous avons évité la randonnée. Et même en voulant leur rendre visite par nos propres moyens, nous n’en avons pas vu dans leur habitat propre.

Lire la suite

Nong Khiaw et Muang Ngoy Neua, villages du nord

Ambiance musicale : The cave – Mumford & Sons

Après la vie citadine de Luang Prabang, j’ai opté avec Mikel pour rejoindre Nong Khiaw, plus au nord et en bordure de la rivière Ou. Ici, comme dans beaucoup d’endroits, le rythme se calque sur les allers et venues des bateaux, leur bruit agissant comme un métronome.

Comme nous ne voulions en aucun cas perturber cet équilibre, nous avons choisi un bungalow avec hamac. La vue sur le pont enjambant l’eau suffisait à notre bonheur, avec les nuages restant accrochés sur les cimes des deux rives.

Lire la suite

Luang Prabang, la vie douce

Ambiance cinématographique : Beauté cachée – David Frankel

Après l’avoir délaissé pendant un moment, il était temps de retrouver le Mékong. Je voulais surtout rejoindre Luang Prabang, capitale de l’ancien royaume du même nom. Le bouche-à-oreilles était excellent et ne tarissait pas d’éloges sur la ville. Les attentes étaient donc assez élevées.

Mais il fallait gagner le droit de pouvoir y accéder. Une route humide et boueuse a bien failli nous en empêcher, mais c’était sans compter sur la solidarité des différents occupants des minivans pour se relayer au tir à la corde et sortir les véhicules de situations mal engagées.

Lire la suite

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén